Une expérience merveilleuse et ressourçante | Actualités | Occupation Double | Noovo

Occupation Double Grèce

Suivez toutes les actualités OD !

Une expérience merveilleuse et ressourçante

Une expérience merveilleuse et ressourçante

#Carnet de voyage

Lisez les impressions d'Alexandra G. suite à son voyage au Kenya!

Lundi 8 octobre 2018

JOUR 1

Je suis arrivée à Nairobi, la capitale du Kenya, aux alentours de 4h du matin. C'était encore la pénombre, mais les couleurs orange-violacées du lever de soleil m'éblouissaient. Jonathan et moi avons eu droit à une expérience exclusive au David Sheldrick Wildlife Trust, un lieu de transition pour les éléphanteaux ayant perdus leur parent à cause des braconniers. Habituellement le centre est ouvert au public seulement entre 11h et midi et il on n'a pas le droit d'interaction physique avec les éléphants, mais nous, oui. Nous avons pu assister aux gardiens qui leur donnaient du lait dans des biberons, une scène très touchante. De voir que l'Homme est capable de cohabiter avec la bête et mieux encore, qu'il la soigne et s'en occupe, c'est ce qu'il y a de plus magnifique sur terre selon moi. D'ailleurs, ça m'a ému de les voir dormir dans l'enclos pour tenir compagnie aux orphelins et éviter qu'ils se sentent seuls et stressés. Ensuite, ils les ont libérés et nous avons pu les caresser, les nourrir de feuilles. Soudainement, on nous annonce que nous avons le droit d'en parrainer un, j'étais tellement excitée à l'idée et ma grande empathie m'a (nous as) fait choisir un éléphanteau nommé Luggard. Luggard a été trouvé avec une balle dans le genou, près de sa mère tuée par des braconniers. Maintenant, il ne peut marcher que sur trois pattes et sa croissance ne s'effectue pas comme celle de tous les autres… J'ai trouvé bien attachant ce petit être meurtri.

Ensuite, après environ quatre heures de route, dont les 30 dernières minutes s'effectuaient sur un chemin rocailleux, nous sommes arrivés à Amboseli en plein milieu de la savane. C'est là que se trouvait notre logis. C'était comme une énorme tente avec un toit de paille. À l'intérieur tout était en bois massif, des tableaux de félins étaient apposés sur les murs, la douche ouverte était faite de pierre… c'était luxueux et rustique à la fois. Je m'y sentais si bien. En plus, nous avions une vue imprenable sur le Kilimanjaro et sur un petit puit d'eau où les animaux allait s'y rafraîchir, ce qui nous permettait de les voir de près.

JOUR 2

Pour débuter la journée, nous sommes allés dans un village Masaï. J'ai été subjuguée par l'ingéniosité de ce peuple: tout était très modeste, ils n'avaient que très peu de ressources, mais se servaient de toutes pour bâtir ensemble leur village. Par exemple, les maisonnettes étaient construites à partir de branches d'arbres qu'ils assemblent pour former une base solide, ensuite, ils la recouvrent d'une mixture créée à partir d'excréments de vache, de terre et d'eau et on retrouvait un toit de paille pour refermer le tout. Ils n'avaient besoin que de très peu d'éléments, mais leur abri résistait pourtant aux intempéries et pouvait abriter jusqu'à cinq personnes. Ce qui m'a le plus touché, c'est leur manière de vivre dans la simplicité. Ils sont très pauvres financièrement, mais tellement riches de cœur, de valeurs, d'amour, d'entraide, et de sourires. C'est cliché de dire ça, mais ça n'aura jamais été aussi vrai. De voir que des gens se suffisent de si peu, mais semblent si heureux, même plus que nous, les occidentaux, ça remet bien des choses en perspective.

L'après-midi, nous sommes allés en safari. Ce que j'ai adoré du concept c'est que les animaux ne sont pas enfermés et n'ont pas d'espace délimité, ils sont libres et nous nous allons dans leur habitat. Là-bas, j'y ai vu des girafes, des flamants roses, des antilopes, des gazelles, des zèbres et même des lions, ce qui est étonnant étant donné qu'ils sont plutôt nocturnes et qu'ils optent pour la discrétion, sauf quand vient le temps de chasser. De plus, nous avons fait face à cinq éléphants qui ne semblaient pas apprécier notre présence. L'un d'entre eux, qui était, selon notre guide la matriarche, en raison de ses longues défenses non-usées (la matriarche ne se bat pas, elle délègue et c'est ce qui explique ses défenses intactes) s'est brusquement avancée vers nous avec la ferme intention de faire chavirer notre embarcation. Heureusement, notre guide a été plus rapide et nous sommes partis en catimini avec l'éléphant à notre poursuite. C'était fort en émotion, mais j'ai adoré ce petit boost d'adrénaline!

JOUR 3

Je me suis levée ce matin un peu chancelante avec des hauts le cœur et l'estomac à l'envers… Pour être bien honnête, j'ai cru que c'était peut-être le dernier verre de vin que j'avais bu la nuit précédente, mais non, j'étais bel et bien malade. Je vous épargne les détails, mais ce n'était pas super beau à voir et disons seulement que Jo m'a vu sous tous mes angles, dont certains bien moins glorieux que d'autres.

Nous avons eu le plaisir de déjeuner en plein cœur de la savane. Cependant, comme j'avais le cœur dans les talons, je n'ai pas trop mangé, mais j'ai tout de même apprécié ce dernier petit moment avec Jo puisqu'il nous a permis – du moins m'a permis – de visualiser mon retour dans les maisons et de déterminer comment j'allais dealer avec l'aspect game alors que quand je m'intéresse à quelqu'un je n'ai pas envie de m'attarder aux 6 autres gars.

Bref, mon premier voyage en Afrique a été merveilleux et très ressourçant. On peut dire qu'il m'a ouvert les yeux et qu'il m'a encore plus aidé à réaliser la chance que j'ai dans la vie, malgré les embûches que je peux rencontrer. 

Plus d'OD