Carnet de voyage : SANSDRICK | Actualités | Occupation Double à Bali | Noovo

Occupation Double Bali

Retour

Carnet de voyage : SANSDRICK

Carnet de voyage : SANSDRICK

Lisez ses impressions lors du voyage final à Singapour 

11 décembre 2017

Sans aucun doute, ce voyage final à Singapour fut le meilleur moment de mon aventure à OD. Après avoir quitté nos prisons de verre, notre arrivée dans cette grande ville m’a fait le plus grand bien. Quitter les palmiers, les plages, les paysages tropicaux pour enfin être en ville. Faut dire que j’ai quand même apprécié mon séjour à Bali, mais au final, je me rends compte que je suis un gars de ville. Un coup bien installé dans notre chambre d’hôtel, Joanie et moi, installés sur notre terrasse, réalisons l’ampleur de cette ville majestueuse en apparence parfaite. Une ville où aucun excès n’est toléré, sans bruit, sans trafic, sans déchets… sans plaisir quoi. Le temps passé dans cette ville me fait rendre compte que ce n’était qu’un feu de paille. Ce que je croyais être mon meilleur moment devient presque mon pire. Je réalise que cet endroit m’a juste rapproché de ma réalité et de ce qui me manque vraiment, MA ville. Cette merveilleuse ville de Québec, mes restaurants favoris, mes bars et tavernes habituelles, mon quartier... Mon quotidien me manque, mon travail, mon mode de vie, mes obligations, mon monde... Au fond, Singapour me met dans un état émotif, nostalgique. Plus les journées avancent, plus je me questionne et plus je pousse ma réflexion. Après quelques moments forts en émotions, que ce soit des moments d’ennuis ou de plaisir, je mets enfin le doigt sur le bobo. L’émotion que je vis n’est pas causée par l’ennuie de la ville, ni de MA ville mais bien des gens qui m’entourent depuis longtemps. Je m’ennuie de leur présence dans ma vie, de leur écoute, de leurs histoires, de le leur support, et j’en passe. Cette aventure remplie de moments merveilleux et de paysages à couper le souffle n’est plus rien pour moi. Ces gens qui me manquent sont tellement plus importants à ma vie. Je m’ennuie de ma mère, de mon père, de mes amis et surtout de mon fidèle partenaire. Singapour, la ville la plus dispendieuse du monde, me fait découvrir que mon bonheur est dans ma petite vie au Québec près des gens que j’aime. Et en ce moment d’ennui, je souris et je m’imagine déjà dans mon appartement à Limoilou en train de caresser mon fidèle partenaire, mon chien.