Journal de bord de l'exclue : JORDANNE | Actualités | Occupation Double à Bali | Noovo

Occupation Double Bali

Retour

Journal de bord de l'exclue : JORDANNE

Journal de bord de l'exclue : JORDANNE

Quoi de neuf dans la vie de nos exclus?

7 novembre 2017

Cette semaine, j’ai envie de faire le bilan sur mon aventure OD Bali. Durant les 3 dernières semaines, j’ai cherché à comprendre tout ce que l’émission m’avait apporté.

D’abord, la découverte du monde, suivi d’une expérience sociale hors du commun & pour finir, l’évolution personnelle que j’ai faite.

La partie trippante, la découverte du monde. Dès l’arrivée à Montréal, le voyage était déjà commencé. L’idée derrière un voyage c’est d’élargir ses horizons, rencontrer de nouvelles personnes et de voir de nouveaux décors. Directement à la rencontre des filles à l’hôtel je me sentais dans une sorte de voyage & j’ai attrapé la piqûre… par la suite, chaque journée surpassait mes attentes.

Le premier vol d’avion était séparé par une escale à Doha au Qatar. Dès que j’ai mis les pieds à l’extérieur de l’aéroport pour sentir l’air chaud et l’humidité étouffante, j’ai ressenti un autre genre d’émotion. D’être ailleurs dans le monde, de se sentir complètement dépayser & de respirer un air différent c’est indescriptible. Cela peut sembler banale pour les globe-trotteurs de ce monde, mais pour moi qui n’avait jamais réellement voyagé c’était incroyable.

Rendu, ici, à Bali, un nouveau sentiment a pris le dessus, celui de l’émerveillement. J’ai tripé de me balader en taxi, de voir les différents paysages. Que ce soit les petites rues de campagnes ornées de rizières, les grandes falaises avec vu sur la mer d’Uluwatu ou bien la route en montagne près des volcans avec des chutes d’eau a Ubud, chaque endroit était source d’émerveillement pour moi.

Alors pour l’aspect voyage, Occupation Double m’a apporté des souvenirs et des images paradisiaques inoubliables. Chaque sortie m’a fait vivre une émotion différente et j’ai adoré C’est une ile tellement paisible, il n’y a rien de stressant pour le peuple Balinais, ils vivent tous en harmonie. Les gens se saluent tous dans la rue, ils ont une grande reconnaissance & ils nous la démontrent sans cesse. Le peuple fait clairement la beauté de l’ile à mes yeux.

Bref, l’énergie positive fait un bien incroyable. Être ici m’a menée à une prise de conscience énorme. Il y a certaines notions de la culture balinaise que je souhaite conserver avec moi jusque dans ma vie québécoise. Comme le fait d’être calme en toute situation, de sourire plus aux gens, avoir une reconnaissance pour tout ce qui m’entoure & vivre sans aucun stress. Comme dit l’adage, ‘’les voyages forment la jeunesse’’…

La partie sociale est vraiment l’essence même d’OD. Je ne croyais pas que cela allait être aussi intense, mais oui, et c’est totalement normal. Dans la vie de tous les jours je n’avais jamais été confronté à cohabiter 24/7 avec de parfaites inconnues. Cela m’a tellement appris. Avec le temps on développe notre capacité d’adaptation pour pouvoir mieux vivre en sous-groupe.

Dans le passé je me tenais seulement avec des gens pareils comme moi, avec les mêmes gouts, même intérêts & les mêmes tempéraments. C’est en vivant avec 6 autres filles que j’ai réalisé qu’il y avait une beauté indescriptible dans la diversité en société. Chaque fille apporte sa couleur & son grain de sel dans le quotidien. Et c’est cela qui rend la tâche compliquée parfois d’essayer de comprendre les agissements des autres.

Alors j’ai appris à être à l’écoute & de développement mon sens de compréhension. C’est quelque chose que je suis contente d’avoir vécu, car cela m’a grandement aidé à élargir mes horizons & développer mon ouverture d’esprit.

Au final, même si on avait des différends parfois, les filles je les adore. Elles ont tous du bon en elles évidement & chaque réaction provient de quelque part. c’est ça que j’ai compris, il y a peu de gens qui sont mal intentionnés dans la vie de tous les jours. Parfois c’est seulement en raison d’un passé plus difficile ou bien un mécanisme de défense.

En discutant avec les filles j’ai souvent compris d’où provenait leur défaut et de les compatir. Essayer de savoir ce qu’une personne vit ou a vécu ça aide réellement à saisir ses agissements & je suis fière d’avoir laissé place à la compréhension dans ma vie.

La partie un peu plus profonde; mon évolution personnelle. D’abord avant même le départ. Venir à occupation double, en 2017, à 21 ans et être filmé 24 heures sur 24 ça prend tout un courage.

À la base, je percevais plus cela comme aller au bout d’un défi, mais non c’est vraiment d’affronter une situation hors de l’ordinaire. Ça prend encore une fois un courage fou pour s’assumer a 100%. Tout ce que tu dis et fais peut être utilisé comme contenu à la TV devant tout le Québec. Sur le coup je n’y pensais pas trop, mais depuis les 3 semaines d’exclue je me rends compte que chacune de mes paroles a été entendue par une équipe technique et traitée pour être mise au grand jour.

Est-ce que j’ai des regrets? NON, justement puisque j’ai développé une confiance personnelle assez grande pour pouvoir être fière de tout ce que j’ai fait & dit. Faut se projeter au-delà des jugements & c’est un outil indispensable que je souhaite conserver à long terme après OD. Il y a toujours quelqu’un qui sera là pour te juger, mais chaque critique doit être prise à la légère.

Ce qui compte pour moi c’est que j’aime mon parcours, je suis restée authentique & je me connais beaucoup mieux qu’auparavant. J’ai appris qui était la vraie Jordanne lorsque j’ai été confronté à des situations inhabituelles. Que j’ai dû me parler à moi-même et apprendre à écouter mes craintes, doutes, questionnement et me laisser vivre mes émotions. Dans des moments plus difficiles, parfois j’aurais voulu me retourner vers mes amis & ma famille, mais NON.

J’ai développé mon introspection et mon sens de l’autocritique. D’essayer de comprendre une situation par moi-même & de m’en faire ma propre opinion sans l’influence de personne d’autre. C’est dans ces moments-là que j’ai apprécié la solitude. Ici dans la maison des exclus, parfois j’ai seulement besoin d’être seule, réfléchir, écrire & me remettre en question. Ça fait du bien de passer du temps pour soi-même d’être à Bali et prendre soin de ma personne.

J’ai aussi développé ma patience, tout va vite à Occupation Double, mais il y a beaucoup de temps d’attente. Maintenant, pour moi, attendre à ne rien faire c’est faisable & ça fait du bien parfois de ne rien avoir de prévue de juste vivre l’Ici & maintenant. Sortir un peu de la société stressante ou que tout est en constant mouvement. Juste le fait de ne pas avoir mon cellulaire & de décrocher de tout sauf de moi ça fait du bien.

Chaque soir en me couchant je repense à tout ce que j’ai vécu & j’apprécie chaque côté. Actuellement, je ne suis toujours pas libre. Ça fait 6 semaines que je dépends toujours de quelqu’un et que je n’ai aucune autonomie. Ça fait du bien pour ne pas se casser la tête et se stresser avec rien puisque je n’ai aucune responsabilité. Sauf que présentement j’apprécie déjà la liberté que j’aurais à mon retour.

Alors en bref, OD m’a appris qui j’étais & j’ai tout fait pour devenir une meilleure version de moi. Aujourd’hui, je suis fière de qui je suis & rien ne peut changer cela.

Alors, on se revoit à Montréal, merci d’avoir été là, de m’avoir regardé, écouté & encouragé.

-Jordanne