Carnet de voyage: Adamo | Actualités | Occupation Double à Bali | Noovo

Occupation Double Bali

Retour

Carnet de voyage: Adamo

Carnet de voyage: Adamo

Découvrez ce qu'Adamo a pensé de son voyage au Japon!

23 octobre 2017

Dès notre arrivée au Japon à même l’aéroport, nous sommes allés nous reposer dans un capsule-hôtel. Le côté moderne-épuré du Japon est vraiment frappant. Tout ce qui se trouve au Japon est petit et même miniature, à l’exception des lutteurs sumo avec qui j’ai eu la chance de combattre.

Une fois reposés, nous sommes allés à la rencontre de l’équipe de production. À peine le temps de chanter un rap que nous étions déjà en direction d’un stade de baseball avec des allures de Stade Olympique. Rendus à l’intérieur, nous avons commandés la nourriture typique du Japon. C’est à ce moment que nous avons eu notre premier choc culturel; les nombreux aliments inconnus, la langue pour nous incompréhensible, et la passion qui brûlait dans les yeux des spectateurs. La bière m’a surprise tellement elle était délicieuse et la nourriture était toujours super bonne, même si je n’avais aucune idée de ce que je mettais dans ma bouche.

Après la partie de baseball, nous sommes allés manger dans un restaurant indien super accueillant. Les chocs culturels étaient nombreux et me donnaient un peu l’impression de rêver. J’ai mangé jusqu’à ce que mon ventre éclate! De retour à l’hôtel, j’ai regardé la télé en japonais et c’était pareil comme je l’avais imaginé : trop bizarre! Tout était sous-titré en japonais et c’était super quétaine. Très important de mentionner que c’était ma première douche chaude depuis le début du voyage.

Jour suivant, on prend un taxi direction Mr. Miro.

Dès notre arrivée, nous avons vu cet homme qui ressemblait à une caricature du Japon! Il était grassouillet et joufflu. Il avait l’air réconfortant et chaleureux. Il nous a appris à faire des nouilles ainsi que la pâte pour faire des nouilles udon. Son plaisir était amplifié parce qu’il montrait à faire des pâtes à deux italiens, ce qui est un peu ironique!

J’ai même eu la chance de rencontrer une japonaise qui parlait français. Nous avons parlé de pas grand-chose, elle avait appris un français de Jonquière!

Encore une fois, l’architecture du Japon me laissait bouche-bée. Je ne parlais pas dans le taxi tellement j’étais émerveillé par la beauté de l’endroit.

J’ai ensuite appris 3 mouvements de base de samouraï. Alex et moi étions déguisés et nous avions une chorégraphie à apprendre, c’était amusant.

Ensuite, direction centre-ville pour se faire un food rallye, qui a commencé sur une bonne note avec du bœuf Kobe, tout simplement succulent. On a aussi mangé du poisson fugu, des ramens et des crevettes tempura. J’ai trippé sur la gastronomie japonaise.

Les édifices étaient éclairés et magnifiques.

Déjà de retour à l’hôtel et je pensais à Bali! Je ne voulais plus partir du Japon, brin de nostalgie.

Le dernier jour, nous avons assisté à une pratique de sumo. Le plus gros d’entre eux s’approche de moi et me fais signe de le suivre. Je le suis et me conforme à ses exigences, soit de me mettre nu et de porter fièrement la culotte de sumo qui semble fait en boyau d’arrosage.

Je ressors du backstore et j’arrive sur le lieu du combat. Je me sentais vraiment vulnérable avec mes petites cuisses de poulet! L’action commence… Et par miracle, je pousse l’énorme japonais au sol. J’étais vraiment très fier.

On est ensuite allé manger des sushis et jouer aux arcades dans la magnifique ville d’Osaka! Une dernière virée au resto était de mise. Alors nous sommes allés dans un Izakaya où il y avait un chansonnier. Nous buvions de l’alcool sur le stage, nous avions vraiment l’impression d’être « Big in Japan ».